Elections Conseil d'Administration

Site de campagne

Elections Conseil Administration

Comptes Rendus CER

Retrouvez les comptes rendus

CER SNCF Dijon

Salaires

Exigeons de vrais salaires !

Notre dossier

Triage de Gevrey

La CGT et si j'y étais!
La SNCF teste le FRET

A qui le tour?

Lettres D'Informations




Annonces

Après deux ans d’absence, il revient parmi nous !!! Imprimer Envoyer
Secteur Fédéral CGT Cheminots Dijon - CER
Mardi, 01 Février 2011 07:07

Beaucoup d’entre vous auront pu remarquer, ces derniers temps, que « certains » sujets ayant trait à la gestion de notre comité d’établissement reviennent sur le devant de la scène. Hasard du calendrier électoral ou illumination soudaine, oubliés depuis deux années de mandat, ils réapparaissent sous forme polémique. La CGT n’ayant pas pour habitude de tourner autour du pot ni d’éviter le débat, entrons tout de suite dans le vif du sujet: ACTE 1 : LE CHÈQUE VACANCES POUR TOUS !!!
Le premier argument défendu par ses promoteurs sur le CER de Dijon : cela se fait dans les autres CE alors pourquoi ne pas le mettre en place chez nous ?

En partie exact… en effet 5 % des entreprises françaises l’on mit en place (elles sont toutes éligibles) ... curieux pour ce qui apparaît comme une avancée sociale majeure et que les salariés réclameraient à corps et à cris. Mais peut-être vous a-t-on déjà expliqué les raisons de cette désaffection ?

Ils sont mis en place dans les autres CE de la SNCF !! :

En partie exacte… dans 4 CE sur 27… dont deux CE des « Directions centrales » Parisiennes… Le chèque vacances étant principalement financé par le salarié sous forme d’épargne (prélèvement sur le salaire) nous ne développerons pas sur son mécanisme de financement puisque les organisations syndicales qui en font le sujet principal de leur campagne électorale ont du vous l’expliquer précisément……….

Dans ce domaine encore, faut-il également comparer ce qui est comparable et connaître les réalités de son entreprise ce qui devrait être le minimum requis pour un responsable syndical. Mettre en avant ce qui se fait dans le CE de la PME du coin ou l’entreprise «machin» et pas chez nous est un non-sens économique. Cela démontre une méconnaissance de notre statut particulier et de l’histoire des CE à la SNCF et surtout de la façon dont ils sont financés !!

La réalité :
Le périmètre CER SNCF de la région de Dijon ce sont encore environ 6200 cheminots actifs et leurs ayants droit (famille) susceptibles d’accéder aux activités sociales, répartis sur 5 départements soit plus de 10 000 personnes ! ! ! (sans compter les retraités qui sont aussi bénéficiaires des activités sociales).

C’est plus de 11 000m2 de (vieux) bâtiments et terrains transférés aux CE de Dijon par la SNCF en 1986 dans lesquels nous créons et pratiquons des activités comprenant entre autres : complexes sportifs, gîtes familiaux, accueil de loisirs pour les enfants, restaurants, bibliothèques qu’il nous faut entretenir pour partie, équiper, assurer.

Des dizaines de sociétés sportives et culturelles dans lesquelles s’investissent les cheminots et leurs ayants droit.
L’organisation de mini-séjours en été et en hiver pour les enfants, des sorties pour les familles, de la billetterie sur des spectacles, évènements sportifs, etc..


Les fêtes de fin d’année, les indemnités de frais d’études, les participations financières que le CER offre déjà pour les classes transplantées par exemple.

Il faut parler aussi, sur mandat de nos CE régionaux, des activités du Comité Central d’Entreprise au travers des colonies de vacances (été et hiver), des maisons familiales, les bourses d’aides pour des séjours en direction des jeunes cheminots, les circuits en Europe pour les ados ainsi que la bibliothèque centrale de prêt et le service du livre….
Dès lors la posture du « il n’y a qu’à » ou du « faut qu’on » qui consiste à dire que vos CE ne font rien ou qu’ils pourraient faire encore plus ou autrement et la CGT notamment, puisque c’est elle qui est visée, démontre comme cité précédemment le peu d’attrait qu’éprouvent certaines organisations syndicales pour les activités sociales de vos CE en dehors des périodes électorales.

Avec quels moyens ?
Les chèques vacances (pour tous … ) oui c’est peut être réalisable en exigeant et en gagnant la prise en charge par l’entreprise.
Le CE n’a pas vocation à se substituer à la SNCF pour pallier les baisses de pouvoir d’achat. En 2009 comme en 2010 la CGT n’a pas signé les accords salariaux qui valident ces pertes, contrairement à ceux qui appellent de leurs vœux la mise en place de chèques vacances financés exclusivement par le CE.
L’amélioration de nos activités sociales passe par l’augmentation de la dotation AS par l’entreprise à 3% de la masse salariale des actifs et 1% des pensions comme la CGT le réclame depuis la création des CE et non 1,721% des seuls actifs, comme actuellement. Mais pour ça il faut se battre et là aussi, il est de la responsabilité des organisations syndicales de réclamer ces moyens supplémentaires à la direction (mais aussi de créer les conditions de mobilisation…).

 

Du courage politique il en faut ! ! !
La CGT participe activement à la gestion du CE et elle a toujours assumé ses choix… Alors chèques vacances, tickets-restaurants, autant de promesses attrayantes et qui ne coûtent rien sur un tract ou une pétition pour ceux qui nous promettent le bonheur..
En répondant par de la redistribution individuelle en opposition à des besoins collectifs, les tenants du chèque oublient une question incontournable ?

À budget constant voir diminuant quelles activités du CER supprime-t-on pour mettre des chèques à la place ?
Sur quels sites ? Quand ? Quelles incidences au sein du personnel CE ? Demandez-le donc aux organisations syndicales qui proposent les chèques.
Nous reviendrons sans doute sur les bilans et les propositions de chacun au cours de cette campagne électorale qui ne saurait se limiter, du moins nous l’espérons, à la manière dont il faudrait redistribuer la soi-disant manne financière des CE … c’est un peu limité et la réalité est tout autre.
A l’heure où l’entreprise se déstructure totalement, avance à grands pas vers la privatisation avec de réelles souffrances au travail au quotidien, les cheminots attendent autre chose concernant leur pouvoir d’achat. La CGT entend répondre présent sur tous les fronts et rester une force à vos côtés.

En votant CGT lors des élections CE du 24 mars vous ferez le choix d’élus impliqués concrètement, connaissant «la réalité» de nos activités sociales, qui portent de propositions «crédibles» dans ce domaine.
Suite au prochain numéro : Acte 2 : Le ticket restaurant… comment ça fonctionne au fait ? Tiens c’est bizarre on n’en parle presque plus …